ALBERT SPORTS FOOTBALL : site officiel du club de foot de ALBERT - footeo

Historique du club

"Un club au riche passé" par Jean-Pierre LEMORTON

 

ALBERT SPORTS, c’est sous ce sigle que les Albertins de moins de quarante ans connaissent le plus ancien et le plus titré club de football de la ville d’Albert. Ce nom est né en 1973 d’une utopie : réunir dans un grand club local omnisports les efforts épars des bénévoles et les diverses subventions pour porter au plus haut les couleurs de la ville dans les différents sports. Le club avait déjà une longue histoire. Il est en effet l’héritier de glorieux ancêtres qui ont lancé le football à Albert au début du XXe siècle.


Du Racing Club d’Albert au Sporting Club d’Albert

La Belle époque, c’était celle du Racing Club d’Albert aux couleurs vert et noir qui évoluait sur le terrain du parc Lomont Hurtu . Passée l’épreuve de la guerre 1914-1918, il n’y a plus de club, ni de terrain, mais le football va renaître et on jouera route de Méaulte, route de Bapaume avant d’évoluer au stade Blanchard. Le Racing Club va durer jusqu’en 1933 tandis qu’à Méaulte où Henry Potez a créé une entreprise de construction aéronautique, est née l’Union Sportive Aéronautique Picarde (U.S.A.P.) aux couleurs « tango et noir ». L’année 1933 est celle de l’achèvement du stade qu’Henry Potez, généreux mécène, a fait édifier à Albert. Le comité pour l’utilisation de ce stade réussit à réunir les deux clubs en un seul. Le nouveau club est dénommé Sporting Club d’Albert et porte les couleurs « rouge et blanc » de la ville.


Le Sporting, club professionnel (1936-1937)

Henry Potez avait tenu à assurer le Sporting de son concours : ceci s’incarne dans la création en 1936 d’une section professionnelle qui va évoluer en 1936-1937 dans l’éphémère championnat de France professionnel de troisième division, dit division régionale où les « rouges et blancs » affrontent le RC Arras, l’US Tourcoing, le FC Dieppe, l’USB Longwy, l’AS Hautmont, le SC Caudry, le SC Abbeville, l’US Pontoise, le SC Epernay et terminent cinquièmes. L’année est aussi marquée par la réussite en Coupe de France où après avoir éliminé l’US Roye et le Stade Français, le Sporting atteint les trente deuxièmes de finale, tient la dragée haute au Havre AC chez lui devant 7000 spectateurs avant de s’incliner en fin de partie. La suppression du championnat de troisième division en 1937-1938 et la création de quatre groupes interrégionaux de deuxième division ne permettent pas aux clubs picards de suivre. Tout comme l’Amiens AC et le SC Abbeville, le Sporting est contraint d’abandonner le professionnalisme et retrouve le championnat de première division du district de Picardie.

 

Les années de guerre

Le football continue de façon modeste dans les années de guerre. Le Sporting a un rival : le Football Club de l’ANCRE, qui existait avant la guerre et qui est l’émanation de l’entreprise G.S.P., celui-ci change de nom en 1942 pour devenir le Groupement Sportif Picard d’ALBERT , club omnisports qui évolue sous les couleurs « vert et blanc » avec pour fière devise : « Percer ». A la fin de la guerre en 1944 - 1945, les deux équipes albertines évoluent dans la même série. Le départ des jeunes gens des classes 1940, 1941, 1942, 1943, 1944, pour l’armée met dans l’obligation le G.S.P., par l’intermédiaire de son secrétaire Jean Brélivet et le Sporting, par l’intermédiaire de son homologue Albert Duquenne, de demander le 29 juin 1945, l’homologation de l’Entente G.S.P. - S.C. d’Albert, celle-ci étant obtenue le 6 août 1945.


L’après-guerre : 22 ans en Ligue du Nord (1945 - 1967)

L’Entente G.S.P.-S.C.A. qui évolue en 1945 - 1946 dans le championnat de 1ère division du district de Picardie est championne de Picardie mais le projet de rétablissement d’une promotion d’honneur de Ligue du Nord n’aboutissant pas pour la saison 1946-1947, l’Entente évolue à nouveau en 1ère division de district. Elle termine cette fois 4ème mais, paradoxe, elle va accéder à la promotion d’honneur Artois-Maritime-Picardie créée pour la saison 1947-1948 où elle ne fait alors qu’un bref passage. La fusion entre les deux clubs est entérinée le 22 mai 1948: le club prendra désormais le nom de Groupement Sportif Picard Albertin (G.S.P.A.) et évoluera sous les couleurs « rouge et blanc ».
Le G.S.P.A., pour sa première saison, est champion de Picardie, 1ère division en 1948-1949. Nouvelle montée en promotion d’honneur pour quatre ans mais l’équipe se maintient difficilement chaque année et, à l’issue de la saison 1952-1953, ne peut éviter la relégation. Le séjour de l’équipe fanion en 1ère division de district est éphémère puisqu’il ne dure qu’une saison : le G.S.P.A est à nouveau champion de Picardie en 1953-1954. L’aventure en championnat de ligue du Nord, promotion Artois-Maritime-Picardie, reprend mais va être à nouveau de courte durée puisqu’en 1955-1956, les « rouges et blancs » redescendent en 1ère division mais cette fois pour six ans.
Le G.S.P.A. bénéficie en 1956 d’un renfort avec la fusion dans le club de l’Association Sportive d’Albert (A.S.A.), apparue quelques années plus tôt. Le titre est à nouveau conquis en 1962 et la saison 1962-1963 voit les retrouvailles difficiles des « rouges et blancs » avec la promotion d’honneur où ils vont se maintenir jusqu’à la réforme régionale qui va inclure le district de Picardie, rebaptisé district Somme, dans la nouvelle Ligue de Picardie.

 

 

 Du G.S.P.A. à l’A.S.C.: des débuts difficiles en ligue de Picardie (1967-1971)

La création de la ligue de Picardie en 1967 entraîne pour la saison 1967-1968 une refonte de tous les championnats. Le championnat de ligue est réparti en trois niveaux : division d’honneur, « division de classement » et deux groupes de promotion d’honneur. Le G.S.P.A. est intégré à la « division de classement » mais terminant dernière l’équipe est rétrogradée. Elle évoluera donc dans un des deux groupes de promotion devenue « interdistrict », la « division de classement » s’appelant désormais « promotion d’honneur ».
La volonté de rapprocher le club des Albertins, d’essayer de leur faire prendre conscience qu’il s’agit du club de tous et non de celui d’une entreprise industrielle albertine conduit le comité directeur du G.S.P.A.omnisports, réuni le 22 mai 1969, à changer le titre de l’association pour celui d’Albert Sporting Club tout en gardant les couleurs « rouge et blanc » de la ville d’Albert. Les résultats sportifs en seniors ne sont guère encourageants : l’équipe A finit 10ème en 1968-1969, 8ème en 1969-1970 mais 12ème en 1970-1971 rétrogradée en championnat de district.


De l’A.S.C. à l’Albert Sports.: quatre années de purgatoire en 1ère division (1971-1975)

La 1ère division de Somme n’a plus le niveau de l’ancien district de Picardie mais les matches n’en sont pas moins difficiles dans une période de transition tant du point de vue des joueurs que des dirigeants et il faudra quatre années aux places d’honneur avant de conquérir le titre de champion de la Somme en 1975.
Le dynamisme des dirigeants, l’enthousiasme créé par les bons résultats chez les jeunes s’incarnent dans la nouvelle dénomination du club: ALBERT SPORTS. La section football de l’A.S.C. a en effet rejoint de bon gré le nouveau club omnisports né en 1973 toujours dans l’espoir que voie enfin le jour le « grand club » albertin.


Des années de succès jusqu’à la division d’honneur (1975-1982)

En 1975-1976, l’équipe fanion retrouve la promotion interdistrict et fait une saison remarquable : 3ème en championnat, elle n’est éliminée qu’en quarts de finale de coupe de Picardie par le S.C Noyon, club de D.H. (2-1) et surtout, après des matches mémorables, notamment à Corbie où elle élimine l’Amiens S.C. (B), champion de D.H., elle remporte la coupe de la Somme, challenge CUISSET, à Doullens face à l’Avenir de L’Etoile devant 1200 spectateurs enthousiastes. En 1976-1977, l’équipe A se classe 2ème derrière le S.C. Abbeville (B) avec une attaque canon (85 buts marqués) et accède à la promotion d’honneur où elle fait une excellente saison 1977-1978, terminant 2ème l’U.S. Ribécourt et accédant à la division d’honneur, plus haut niveau atteint par un club albertin depuis l’année historique du Sporting Club en 1936-1937.
Pendant quatre ans, malgré les difficultés financières, malgré la mauvaise volonté de la municipalité de l’époque à mettre le stade Potez en conformité des règlements, l’Albert Sports va se maintenir en division d’honneur avec une équipe presqu’exclusivement formée de joueurs d’origine albertine. Finissant 6èmes en 1979, 8èmes en 1980, ces amateurs dans le sens le plus noble du terme réalisent leur meilleure saison en 1981 : terminant 4èmes de leur championnat, ils accèdent aux quarts de finale de la coupe de Picardie et remportent la coupe de la Somme en battant en finale l’Amiens SC (B) à Doullens. La saison suivante est moins brillante, finissant 11ème, l’équipe A est rétrogradée en promotion d’honneur.

 

Des aller-retour promotion-division d’honneur (1982-2006)

L’Albert Sports se maintient de justesse dans les années qui suivent. L’Albert Sports rate de peu la montée en 1989-1990 mais remporte le titre de champion de promotion d’honneur en 1990-1991 et accède à nouveau à la division d’honneur cette fois-ci pour trois ans. La saison 1993-1994 voit une nouvelle victoire en coupe de la Somme dans une finale disputée au stade Moulonguet face à l’ESC Longueau mais surtout la descente à nouveau en promotion d’honneur, l’espace de deux saisons. En effet, en 1995-1996, mais sans titre, c’est à nouveau l’accession en division d’honneur pour deux saisons mais en 1997-1998, c’est le même scénario qu’en 1993-1994, 4ème victoire en coupe de la Somme face au RC Doullens à Corbie mais rétrogradation en promotion d’honneur. Mais à la différence des fois précédentes, l’hémorragie de joueurs à l’intersaison entraîne la descente de l’équipe fanion la saison suivante en promotion interdistrict, plus bas niveau du club depuis 1977. La reconquête, dans un nouveau contexte favorable à la création d’un grand club albertin, alors que les clubs des villes voisines de Péronne et de Roye, évoluent en championnat de France, va prendre six années marquées par le retour en promotion d’honneur puis en 2004-2005, une magnifique saison qui voit le club s’illustrer dans les différentes coupes, mais sans en gagner aucune, et surtout réaliser un parcours sans faute en championnat. L’Albert Sports, champion de promotion d’honneur, accède pour la quatrième fois de son histoire en division d’honneur de la ligue de Picardie pour la saison 2005-2006 où l’équipe après des débuts difficiles joue les premiers rôles.
C’est donc un club riche d’une histoire bientôt centenaire qui ambitionne d’accéder au championnat de France pour satisfaire les sportifs du pays du coquelicot.